Anthony LELEU & Jean Marc VANSTAEN, Notaires associés à COMINES

 

Anthony LELEU & Jean Marc VANSTAEN

Notaires associés à COMINES

cp

Communiqué de presse officiel

Baromètre immobilier: l'activité immobilière reste très soutenue

8 octobre 2021

Les 9 premiers mois de cette année ont été caractérisés par une forte activité immobilière. Par rapport aux 9 premiers mois de 2019, le nombre de transactions immobilières a augmenté de +16,2%. Les prix continuent également d’augmenter. Cela ressort du baromètre immobilier de la Fédération du Notariat (Fednot).

La tendance que les notaires ont déjà observée durant les six premiers mois de 2021 se poursuit. En Belgique, le marché immobilier reste actif. Le nombre de transactions immobilières a augmenté en Belgique, tant par rapport à « l’année corona » 2020 (+20,4%) que par rapport aux 9 premiers mois de 2019 (+16,2%).

« Tel qu’on le sait, le marché immobilier a agonisé entre mars et juin de l’année passée en raison du confinement quasi complet. C’est pourquoi les 9 premiers mois de 2019 forment une meilleure base de comparaison », dit notaire Renaud Grégoire, porte-parole de Notaire.be.

L’augmentation se présente dans toutes les régions : à Bruxelles, en comparaison avec les 9 premiers mois de 2019, l’activité a augmenté de +8,1% (par rapport à 2020, +16,1%) ; en Wallonie, le nombre de transactions par rapport à 2019 a augmenté de +19,1% (par rapport à 2020, +19,7%) ; en Flandre, on constate une augmentation de +15,6% par rapport à 2019 (en comparaison à 2020, l’augmentation est de +21,3%).

« Les prix ont continué à augmenter ce troisième trimestre de l’année mais c’est principalement au niveau de l’activité (nombre de transactions) que l’augmentation a été le plus remarquable. En comparaison avec l’année 2020, cette augmentation représente, à l’échelon de la Belgique, plus de 20% de transactions en plus sur les trois mois écoulés. Cette augmentation est d’autant plus impressionnante que le troisième trimestre 2020 marquait le retour des transactions sur le marché à la suite d’un confinement de plusieurs mois », explique notaire Renaud Grégoire.

Pour la première fois, la Fédération du notariat (Fednot) a examiné la proportion des maisons, appartements et terrains par rapport à l'ensemble de l'activité immobilière. Il en ressort, qu'au cours des dernières années, il y a eu davantage un déplacement vers les terrains et que la part des maisons est en baisse.

Les prix continuent également d’augmenter

Les prix du logement continuent d’augmenter davantage. Si l’on ne tient pas compte de l'inflation, le prix moyen d'une maison en Belgique a augmenté de +6,6% par rapport à 2020, jusqu’à atteindre 295.367 euros. Compte tenu de l’inflation de 1,9%, cela représente une réelle augmentation de +4,7%. Pour les appartements, l’augmentation réelle est restée limitée à 3%. Un appartement en Belgique coûte actuellement en moyenne 256.689 euros.

« Au même titre que l’ensemble des actifs, on constate sur le marché une pression sur les prix marqués. L’augmentation sur le dernier trimestre a été importante, à mettre toutefois en comparaison avec une inflation grandissante », ajoute notaire Renaud Grégoire.

Évolution des prix dans les régions

En Wallonie, les augmentations sont moins marquées qu’en Flandre.

  • À Bruxelles, le prix moyen d'une maison a augmenté jusqu’à 531.250 euros (+ 4,8% en termes réels) et jusqu’à 284.256 euros ( + 1,5% en termes réels) pour un appartement.
  • En Wallonie, le prix d'une habitation reste le moins cher. Le prix moyen d’une maison y a augmenté jusqu’à 220.239 euros ( + 3,6% en termes réels) et jusqu’à 193.825 euros ( + 1,1 % en termes réels) pour un appartement
  • En Flandre, les acheteurs paient en moyenne 327.107 euros pour une maison ( + 4,8% en termes réels ) et 261.185 euros (+ 3,4% en termes réels) pour un appartement.

«  Cette forte augmentation des prix et l’inflation qui se dessine seront de nature à entrainer une augmentation des taux d’intérêts hypothécaire à long terme. Cette augmentation des taux viendra inévitablement atténuer la demande », explique notaire Renaud Grégoire.

Il en ressort que les prix dans le sud du pays sont beaucoup moins élevés qu’à Bruxelles ou en Flandre. En Région flamande, une habitation est en moyenne plus de 100.000 euros plus chère qu’en Wallonie. Pour les appartements en Flandre, les acheteurs déboursent en moyenne environ 70.000 euros de plus que pour un appartement en Wallonie.

Prix dans les provinces wallonnes

Dans les provinces wallonnes, on ne constate aucun glissement particulier.  La province du Brabant wallon reste en tête en ce qui concerne le prix des maisons. Le prix moyen d'une maison y a augmenté jusqu’à 385.387 euros. Dans cette province, les appartements sont devenus en revanche moins chers ( - 2,7% par rapport à 2020)).

« La petite baisse des prix pour les maisons en Brabant wallon est relative. La baisse fait suite à une forte augmentation des prix l’année passée ( + 9,7%). On a déjà remarqué cette baisse durant les 6 premiers mois de cette année, mais on remarque une petite reprise dans le 3ième trimestre », explique notaire Renaud Grégoire.  

Le Hainaut reste au contraire la province avec le prix moyen le plus bas.

L’augmentation de l’activité immobilière se situe particulièrement dans la province du Luxembourg. Le nombre de transactions y a augmenté, par rapport à 2020 et par rapport à 2019, de plus d’un quart.  En même temps, cette forte hausse doit être également relativisée.  La part de cette province dans le nombre total de transactions immobilières en Belgique s’élève à 4,3%. 

Source: Fednot

 
 

Data Protection Officer

L’étude a désigné un data protection officer pour assurer la protection des données à caractère personnel qu’elle traite. Toute demande relative à la protection des données à caractère personnel de l’étude ainsi que toute demande relative à l’exercice des droits des personnes concernées peuvent lui être adressée à l’adresse info@privanot.be .